N'importe Quoi pour des Gens Bien

DIY et tranches de vie

Happy November Days

Laissez-moi vous dire un truc : novembre sous les tropiques, c’est bien plus marrant que novembre à la Défense. (Cette affirmation est vraie pour tous les mois de l’année en vérité, mais pour novembre particulièrement parce que c’est un mois maudit et tout ce que tu attends quand tu es à la Défense c’est le marché de noël).

En novembre, je dirais qu’on a exploré. Exploré les plages pas loin de chez nous dans nos pays respectifs, ou bien la jungle la vraie, exploré les coutumes locales sportives ou festives (oui, c’est bien un spectacle de trans au cas où vous vous posiez la question), exploré notre capacité à faire vivre des plantes chez nous (un bébé feuille !), exploré en randonnant, exploré à vélo…

Et d’ailleurs, comme le disait si bien Charlie Chaplin, « En explorant, on revient toujours sur son canapé Ikea, mais on s’y assied différemment ».

novembre1 novembre2

Des mois de novembre qui pétillent comme ça, franchement, j’en redemande.

Spéciale dédicace aux anciens collègues, qui, eux, sont encore à Saint-Denis ou à la Défense. 

Un peu moins… sous les Tropiques

On vous parlait il y a peu des petits efforts mis en place pour réduire nos déchets. Géraldine s’est ralliée à la cause écologique il y a de ça des années. Pour moi, le cheminement a été plus long (Gé aime à dire qu’elle a « semé des graines dans ma tête »). Mais, alors qu’on prenait doucement de bonnes habitudes à Paris, voilà qu’on a déménagé sous les tropiques. Et alors là, plus d’Aroma Zone, plus de panier primeur, plus de compost, plus de Bon Coin… Alors comment on fait, au juste, pour continuer dans la bonne direction ? Comment continuer à essayer de faire un peu mieux alors qu’on ne comprend plus les règles du jeu ?

20161128_075638

Continue reading

PP vs SD : les bruits la nuit

Abritées longtemps derrière du solide double vitrage ou la tranquilité des rues de Bécon les Bruyères, nous avions oublié une chose : la nuit, tout le monde ne dort pas. Il y avait déjà bien sûr la voisine du dessus qui fête son anniversaire ou le nouveau né d’à côté qui fait ses dents, mais en réalité dans le monde au même moment, il y avait plein de gens en train de faire plein de choses bruyantes au beau milieu de la nuit.

Pour ce deuxième volet de la série Phnom Penh vs. Saint Domingue, on a décidé de vous parler du bruit de nos villes la nuit.

pp-vs-sd

 

Continue reading

Le mot de la semaine : Zumba

Puisque j’ai un abonnement dans une salle de sport canon, et puisque le sport c’est la vie, et puisque la République Dominicaine est un pays de danse (mérengué, bachata, salsa etc.), je me suis dit que ce serait chouette de faire de la zumba (pour ceux qui vivraient dans une grotte depuis 10 ans, la zumba c’est comme du fitness sur des rythmes et des pas latinos. Je croyais que ça avait été inventé par le chorégraphe de Shakira, mais Wikipédia ne mentionne rien à ce sujet).

Après tout, j’en avais déjà fait en France et je m’étais bien marrée, c’est typiquement le genre de cours où je souriais comme une débile parce que c’est une dose de bonne humeur. C’est physique mais ce n’est pas non plus la souffrance absolue, bref, idéal.

Continue reading

Happy October Days

Parce qu’on n’allait pas non plus passer le mois d’octobre à se demander si nos vies étaient suffisamment confortables, voici quelques happy days du mois d’Octobre ! On a continué à promener nos fesses de touriste/aventurier (c’est selon), on les a secouées sur un tapis de course/de yoga (c’est selon), et on les a présentées à des gens inconnus/intéressants (c’est les deux). On ne se les est pas gelées du tout, on s’en est même plutôt bien occupé, de nos fesses !

 

happydaysoct16

Le mot de la semaine : (sortir de sa) zone de confort

Confort

Jess a ouvert la semaine en parlant de faire du confort sa priorité n°1, je la conclurai en vous parlant de l’obligation d’en sortir sous peine de (au choix) : ne rencontrer personne, ne parler à personne, ne servir à rien, ne pas trouver de boulot, ne pas progresser dans sa nouvelle langue d’accueil…

Ci-dessous une petite liste des moments d’un inconfort que je qualifierais d’utile, que j’ai vécus jusqu’à présent à Saint-Domingue, et qu’avec du recul je suis bien contente de m’être forcée à vivre (un peu la liste de la lose si vous voulez, mais de la lose courageuse) :

Continue reading

Manger du pain au pays du riz

Sur la courbe d’expatriation – oui, des experts ont bien sur écrit sur la question – je crois que je suis en train d’entrer dans la phase 2 dite « Prise de conscience ».

image

Courbe d’expatriation

 

Le terme « mal être » est peut-être un peu too much, mais disons qu’après la période « youhou tout est nouveau, si j’appuie là ça fait quel bruit ? », je pense qu’après trois mois on commence naturellement à s’interroger. Trois mois, et alors ? Est-ce que c’est ce que j’imaginais ?

Continue reading

Bangkok

dsc04798

A 1h30 d’avion de Phnom Penh, il y a Bangkok. Et on a décidé d’y passer 4 jours entiers, d’en faire un voyage urbain. Parce qu’en venant du Cambodge, Bangkok c’est la modernité, la lumière, le métro, la foule, les gratte-ciels. Bangkok, c’est New York City.

Continue reading

Le mot de la semaine : Colmado

Avant que j’arrive à Saint Domingue, on m’avait dit, lors d’un briefing général sur le pays : « Il y a aussi des colmados tous les 50 mètres. Un colmado, tu verras, c’est comme une épicerie, mais tellement plus. »

Jusqu’à présent, c’est effectivement la meilleure définition que j’aie trouvée.

Continue reading

Yoga with Adriene

yogaCeci n’est pas un post sponsorisé, mais si ça avait été le cas, on aurait écrit exactement la même chose. Ceci est un message d’extrême gratitude à la puissance des internets. Ceci est une déclaration d’amour.

Adriene,

Quand tu arrives chaque jour sur mon écran d’ipad (je vous ai dit que j’avais un ipad ? C’est grâce à mes anciens collègues, qui sont des dingosaures), mon corps dit MERCI. Toi tu ne nous connais sûrement pas (pour le moment), mais tu fais officiellement partie du top 3 de nos personnalités internet qu’on voudrait rencontrer pour de vrai dans la vraie vie, et voilà pourquoi:

Continue reading

« Older posts