N'importe Quoi pour des Gens Bien

DIY et tranches de vie

Author: Geraldine (page 2 of 6)

À propos des sensations oubliées


Après 4 mois en République Dominicaine, je suis rentrée en France (métropolitaine*) pour noël, et comme me l’a dit Jess un beau jour au sujet de sa propre expatriation, j’ai vraiment eu l’impression de casser la faille spatio-temporelle dans laquelle je vivais pour revenir à la vie normale.

Comme vous pouvez l’imaginer, après quelques temps sous les tropiques (ou dans les Caraïbes, comme j’aime le répéter régulièrement), l’arrivée au beau milieu de l’hiver a été… étonnante pour mon corps dirons-nous. Plus généralement, j’ai redécouvert une foultitude de sensations complètement oubliées. Certaines qui m’ont rendue nostalgique, d’autres, j’aurais préféré ne jamais les retrouver. Continue reading

Happy December Days

Bonne année mes lardons ! 2017, l’année de la chouette ? (et pour tous ceux qui n’aiment pas souhaiter la bonne année parce que c’est répétitif de le faire 1000 fois le jour où on revient au bureau, je dis : buvez plus de tisane et détendez-vous)

Pour bien commencer, voyons ce qu’il s’est passé en décembre.

Continue reading

Happy November Days

Laissez-moi vous dire un truc : novembre sous les tropiques, c’est bien plus marrant que novembre à la Défense. (Cette affirmation est vraie pour tous les mois de l’année en vérité, mais pour novembre particulièrement parce que c’est un mois maudit et tout ce que tu attends quand tu es à la Défense c’est le marché de noël).

En novembre, je dirais qu’on a exploré. Exploré les plages pas loin de chez nous dans nos pays respectifs, ou bien la jungle la vraie, exploré les coutumes locales sportives ou festives (oui, c’est bien un spectacle de trans au cas où vous vous posiez la question), exploré notre capacité à faire vivre des plantes chez nous (un bébé feuille !), exploré en randonnant, exploré à vélo…

Et d’ailleurs, comme le disait si bien Charlie Chaplin, « En explorant, on revient toujours sur son canapé Ikea, mais on s’y assied différemment ».

novembre1 novembre2

Des mois de novembre qui pétillent comme ça, franchement, j’en redemande.

Spéciale dédicace aux anciens collègues, qui, eux, sont encore à Saint-Denis ou à la Défense. 

Le mot de la semaine : Zumba

Puisque j’ai un abonnement dans une salle de sport canon, et puisque le sport c’est la vie, et puisque la République Dominicaine est un pays de danse (mérengué, bachata, salsa etc.), je me suis dit que ce serait chouette de faire de la zumba (pour ceux qui vivraient dans une grotte depuis 10 ans, la zumba c’est comme du fitness sur des rythmes et des pas latinos. Je croyais que ça avait été inventé par le chorégraphe de Shakira, mais Wikipédia ne mentionne rien à ce sujet).

Après tout, j’en avais déjà fait en France et je m’étais bien marrée, c’est typiquement le genre de cours où je souriais comme une débile parce que c’est une dose de bonne humeur. C’est physique mais ce n’est pas non plus la souffrance absolue, bref, idéal.

Continue reading

Le mot de la semaine : (sortir de sa) zone de confort

Confort

Jess a ouvert la semaine en parlant de faire du confort sa priorité n°1, je la conclurai en vous parlant de l’obligation d’en sortir sous peine de (au choix) : ne rencontrer personne, ne parler à personne, ne servir à rien, ne pas trouver de boulot, ne pas progresser dans sa nouvelle langue d’accueil…

Ci-dessous une petite liste des moments d’un inconfort que je qualifierais d’utile, que j’ai vécus jusqu’à présent à Saint-Domingue, et qu’avec du recul je suis bien contente de m’être forcée à vivre (un peu la liste de la lose si vous voulez, mais de la lose courageuse) :

Continue reading

Le mot de la semaine : Colmado

Avant que j’arrive à Saint Domingue, on m’avait dit, lors d’un briefing général sur le pays : « Il y a aussi des colmados tous les 50 mètres. Un colmado, tu verras, c’est comme une épicerie, mais tellement plus. »

Jusqu’à présent, c’est effectivement la meilleure définition que j’aie trouvée.

Continue reading

Yoga with Adriene

yogaCeci n’est pas un post sponsorisé, mais si ça avait été le cas, on aurait écrit exactement la même chose. Ceci est un message d’extrême gratitude à la puissance des internets. Ceci est une déclaration d’amour.

Adriene,

Quand tu arrives chaque jour sur mon écran d’ipad (je vous ai dit que j’avais un ipad ? C’est grâce à mes anciens collègues, qui sont des dingosaures), mon corps dit MERCI. Toi tu ne nous connais sûrement pas (pour le moment), mais tu fais officiellement partie du top 3 de nos personnalités internet qu’on voudrait rencontrer pour de vrai dans la vraie vie, et voilà pourquoi:

Continue reading

SD vs. PP : trouver un appart’

Kids ! Puisqu’on vit maintenant toutes les deux diamétralement opposées sur la planète (11h de décalage horaire et Google Hangouts qui fonctionne à merveille, si ça c’est pas beau…), on s’est dit qu’il fallait qu’on vous raconte nos nouvelles vies, au-delà de la grande aventure de l’expatriation et des points de vue touristiques, dans les détails et les habitudes du quotidien. Donc on inaugure un nouvelle série : SD vs. PP.

image

PP pour Phnom Penh, où vit Jess depuis le 15 juillet. SD pour Saint Domingue, où je vis depuis le 29 août.

Et pour commencer, un sujet qui vous tient à coeur (2ème question la plus souvent posée à l’annonce d’un déménagement à l’étranger, après « Mais toi qu’est-ce que tu vas faire ? (suivideconjoint.com) » : « Vous avez déjà un appart’ ? ») : la recherche d’un appartement.

Continue reading

Happy days juillet / Le temps passe et passe et passe

Bon. On galère (sur internet hein, pas dans la vie). On est toujours dans le même tourbillon de la vie qu’en juin, à savoir que ça y est Jess est partie au bout du monde, et qu’elle est pas mal en mode THIS GIRL IS ON FIRE et que moi aussi je prépare mon départ à un autre bout du monde. Ainsi qu’en vacances. Bref, donc la vie est ouf, la vie du blog est moins ouf.

On vous prépare un truc pas mal dès la rentrée, mais en attendant…

Juillet 2 Juillet 1

Cheers !

De la Vie d’Adulte

Je suis devenue adulte récemment. D’un point de vue légal, bien sur, ça faisait un petit moment, mais d’un point de vue « sentiment au réveil tous les matins »,  je n’ai vraiment passé le cap que ces derniers mois.

Il n’y a pas eu de lumière venant du ciel et une main qui en descend en tenant un diplôme (même si honnêtement ce serait chouette). Je n’ai pas « tout compris à la vie », ni vu un sens au bordel ambiant,  ou encore vu mon avenir tracé comme une autoroute.

vie adulte

Je dirais plutôt que c’est… difficile à décrire, mais comme un atterrissage. Comme avoir reçu plein d’infos pendant longtemps, paniqué parce que je ne savais pas trop quoi en faire, et puis comprendre comment certaines choses marchent, et accepter de ne pas comprendre les autres. La panique a cédé la place à une sorte d’apaisement. Je crois que je ne sais pas mieux l’expliquer. Ça ne veut pas dire que je suis arrivée au bout des grandes leçons de la vie, mais à ce stade j’ai compris quelques trucs, et dans une démarche de générosité / paternalisme, je me permets de les partager avec vous (sans aucun ordre particulier, au risque d’enfoncer des portes ouvertes et d’être complètement neuneu) :

  • Fais pipi quand tu peux, pas quand tu veux (apprentissage clef tiré du livre The Happiness Project. Particulièrement utile en voyage)
  • Tes collègues ne sont pas tes amis…
  • … mais c’est important de se faire des amis parmi ses collègues (pour partager les incompréhensions et angoisses de la vie salariale parfois)
  • On a le droit de demander de l’aide.
  • Tout le monde s’en fout / Personne ne remarque tes cheveux (oui, c’est difficile à accepter)
  • L’amitié et l’amour toute la vie, c’est du boulot. Ce n’est pas un acquis, ça se construit tous les jours.
  • Être adulte = être fatigué (et encore, je ne vous parle pas d’être parent, parce que là c’est le niveau supérieur d’après mes observations)
  • La vie, c’est des hauts et des bas, et des gens qui naissent et des gens qui meurent, des gens qui ont une vie qui débute et des gens qui ont une vie qui se termine. C’est cool, ça pue, c’est injuste et c’est normal.
  • Les anniversaires, c’est génial. Pourquoi avoir peur de vieillir ? Si je n’avais pas 29 ans, je ne verrais pas mes neveu et nièce, je ne verrais pas mes amis avoir des enfants, c’est une chance incroyable. Et puis, c’est quoi l’alternative ?
  • Le seul truc qui mérite qu’on s’inquiète / qu’on stresse / qu’on s’angoisse, c’est les gens qu’on aime. Le boulot ? Cette présentation powerpoint mal finie ? NEIN.
  • Une autre manière de le dire, c’est : il y a ce qui est important, et ce qui n’est pas important. Important = les gens (soi-même y compris, faut pas s’oublier hein). Pas important = le reste.
  • Être adulte = avoir peur (et encore, je ne vous parle pas d’être parent)
  • 90 à 95% des chutes de moral peuvent être réglées grâce à 1. du sport, 2. des repas plus équilibrés et 3. plus de sommeil. Surtout le sport.
  • Le bonheur n’arrive pas, il se choisit. (suuuuper cucul mais de mon humble expérience, c’est vraiment vrai)

J’aurais pu vous caler des citations à gogo (j’adore les citations sur la vie), et vous parler de poursuivre ses passions et de méditer et de faire du yoga, mais c’était vraiment trop TROP cucul. Donc j’en reste à ce niveau là de cuculitude, et on refait le point dans 10 ans, ça vous va ?

Rassurez-vous, ceci n’est pas l’article granolesque annoncé lors des derniers Happy Days, il est en préparation ! 

Older posts Newer posts