N'importe Quoi pour des Gens Bien

DIY et tranches de vie

Author: Jess (page 1 of 8)

Femmes enceintes, mode d’emploi

Après quelques mois d’expérimentation de l’état de femme enceinte, on a décidé que le monde avait besoin d’une petite mise au point. Non, parce qu’on croit qu’à l’ère de Wikipedia et de Jane the Virgin tout le monde sait tout sur tout sur la grossesse mais PAS DU TOUT. Les gaffeurs, les relous et les bien-intentionnés-à-claquer se croisent encore à chaque coin de rue.

Commençons par la base de la base : c’est très étrange d’être enceinte. En tous cas la première fois. Peut être qu’au bout du 5ème on ne s’étonne plus, mais pour le premier on passe sa vie à se demander si tout est normal, si tout va bien se passer et souvent à imaginer le pire. Ça fait beaucoup à processer d’un coup : notre corps va faire des trucs chelous pendant neuf mois, et après notre vie va être changee pour toujours. Pas du genre « si je rate ma coupe de cheveux, ça repousse », ni même « si on s’est vraiment trompés sur cet appart, on revendra ». Non non, du vrai changement permanent duquel on ne revient pas.

On découvre tous les jours l’impact que ça aura sur notre carrière, l’inégalité du rôle des hommes et des femmes pendant ces 9 mois, le contact quasi permanent avec des médecins (quand on a eu la chance d’y échapper jusqu’ici), les restrictions alimentaires… À mon avis c’est pas pour rien que ça dure aussi longtemps une grossesse. Il faut au moins ça pour achever un semblant de préparation psychologique.

Je pense aussi que ces 9 mois sont la pour nous apprendre à s’en foutre de ce que disent les gens. Et croyez moi, c’est pas de trop… En tous cas si vous prévoyez la fabrication d’un bébé sous peu, préparez vous à une déferlante d’avis, de réflexions, de blagues et de questions. Si vous avez une femme enceinte dans votre entourage, voici quelques thèmes clefs à ne pas aborder pour éviter un torrent de larmes incontrolé / un coup de boule, voire de ventre (tout est possible).

Continue reading

PP vs. SD : le petit dej

Il faut vivre pour manger, et les calories ingurgitées avant midi ne comptent pas. Donc de toute évidence ce match Saint Domingue vs. Phnom Penh n°4 se concentrera sur LE PETIT DEJEUNER. Que mange-t-on au réveil sur les plages caribéennes ou au pied des temples d’Angkor? On vous dit tout.

Avant: la lumière électrique de nos cuisines
Bien sûr que Paris abrite les meilleurs boulangers du monde qui chaque nuit font dorer des pains au chocolat et croissants à se rouler par terre. Bien sûr que la France n’a pas à rougir du bruit du café filtre qui chauffe et du beurre demi sel etalé sous une fine couche de confitures de figues.
Alors même si la plupart de mes matins ressemblaient plutôt à un bol de céréales avalé en vitesse au son de « France Inter, il est huit heures », nos vies d’avant ont mis la barre très très haut en termes de petits déjeuners.
Tous mes voyages effectués dans des contrées lointaines m’ont mené à la conclusion que même pour le plus gourmand et curieux des voyageurs, le petit dej est l’étape ultime de l’acclimatation, le moment le plus propice au mal du pays. Et n’importe quelle nationalité vous dira pareil de son propre petit dej.

Maintenant : Phnom Penh

Continue reading

Expérience #11 – l’exfoliant au café, produit beauté de l’extrême

Dans la famille des produits de beauté à faire tout seul, il y en a un qui remporte la palme de la facilité : c’est l’exfoliant. On peut débattre de l’utilité de s’exfolier, surtout quand on y pense une fois tous les trois mois, mais ça ne peut pas faire de mal, si ?

Géraldine avait déjà évoqué quelques recettes dans notre article sur la réduction de déchets dans la salle de bains. Mais je voulais apporter ma pierre à l’édifice avec une nouvelle recette et l’expérience de l’extrême qui l’accompagne.

Continue reading

Happy June Days!

Enfin, ENFIN, l’Europe a accepté de passer en mode été. Nous voilà donc ENFIN raccord quand vous vous plaignez de la canicule et mettez des photos de vos pieds en tongs dans l’herbe du jardin du Luxembourg. De notre côté, on a quand même pris le temps d’apprécier les particularités de la vie tropicale : s’envoyer de la mangue pour le goûter, un petit massage dès que le dos tire un peu, ou partir en week-end dans des paysages de campagne dignes de cartes postales.

Mais on a aussi donné dans les paillettes : Gé a décidé de fouler le sol new yorkais, et tous les milk shakes et OH WOW AMAZING que ça comporte, et dans la foulée de s’inscrire à son premier cours de design de mode.  Moi j’ai foulé le tapis rouge de mon premier mariage khmer !

Profitez bien de l’été et n’oubliez pas le SPF 50, parole de plagiste.

PP vs. SD : se déplacer

Cet article aurait également pu s’appeler « les transports en commun » ou bien « aller d’un point A à un point B en véhicule motorisé », mais ça n’aurait couvert qu’une partie de la question.

S’il y a bien un truc qui a changé depuis qu’on vit dans des contrées tropicales (bien que le climat n’ait que peu de choses à voir avec ce changement), c’est notre manière d’évoluer spatialement dans nos villes respectives de résidence. Mais tout d’abord, un rappel.

Continue reading

Love hate réseaux sociaux

Je prends mon téléphone. J’ouvre Facebook. Je scrolle. Je ferme Facebook. Je ré-ouvre Facebook. Je scrolle. Mais… je viens pas de voir ça déjà ?
Du coup, j’ouvre Instagram. Je scrolle, je like. Je ferme Instagram. Je ré-ouvre Instagram. Je scrolle. Mais…

ARHH.

Où est mon cerveau ?

Continue reading

Le mot de la semaine : revenir

Je viens de valider une étape obligatoire de la vie d’expatrié : les premières vacances en France. C’est la première fois que j’ai dû accepter que non, je ne vis pas dans une faille spatio-temporelle, et que oui, les pissenlits dans les squares parisiens poussent bien en même temps que les noix de coco sur les palmiers cambodgiens.
Paris était telle que je l’avais quittée, mais m’en extraire pendant neuf mois m’a permis de remarquer que…

Paris est silencieuse. Une fois j’ai même entendu mes pas résonner. Je vous jure.

Paris est vide.

Continue reading

Happy Mars Days

Alors que mars cambodgien était sous le signe de l’épicurisme, la République Dominicaine a plutôt donné dans l’organisation.

Gé s’est mise au bullet journal, ce qui a porté ses fruits puisque dans le même mois elle s’est mise à la bachata (so carribean), elle a cousu de ses blanches mains cette incroyable housse de coussins, et a pris des billets d’avion direction LA COLOMBIE. On s’embête pas en Amérique. Le Cambodge quant à lui m’a encore et encore fait découvrir de nouveaux paysages, avec cette île aux lapins (sans lapins), et cet incroyable week-end en compagnie des éléphants. Ah oui, et un petit craquage sur le fromage aussi. J O I E (et mal de ventre).

Plein de ritmos latinos à vous pour ce mois d’avril.

PS: Les Happy Days, qu’est-ce que c’est ?

Happy January Days

Le problème avec cette habitude de vous poster des happy days en fin de mois (voici pourquoi, pour les curieux), c’est que tant que c’est l’hiver en Europe, on va énerver tout le monde avec ces photos de plage. Donc d’avance, nos excuses.

Ceci étant dit, on a aimé regarder la ville,  le ciel, nos orteils dans le sable chaud et nos doigts de pied dans un hamac.

Un bon mois à vous.

Mon Whatsapp en décalé

7h30 – Réveil. Les amis français m’ont écrit avant d’aller dormir. Je réponds dans le vide. Sauf quand certains sont en boîte, et répondent en live des messages plus ou moins cohérents.

8h – Petit dej. Gé en République Dominicaine dîne le jour d’avant. Je prends quelques nouvelles entre l’apéro et le plat principal. Ma sœur au Canada est en pleine forme. Sur mon groupe de copines, on monopolise le dialogue avec Shanghai et la Nouvelle Orléans.

9h – Boulot. Message inattendu de la France qui n’arrive pas à dormir.

10h – Pause café. La République Dominicaine va se coucher, et vit encore à une autre date.

12h – Pause dej. Mes parents en Grèce se réveillent. Parfois on (petit) déjeune ensemble au téléphone.

14h – Reprise du boulot. La France et la Belgique se lèvent. Les parisiens donnent des nouvelles depuis le métro. Parfois on m’appelle : ah bon, tu travailles ? Sur le groupe des copines, les françaises se plaignent d’avoir 63 messages non lus au réveil.

16h – Milieu de l’aprem de boulot. Les français qui étaient en boîte la veille émergent.

18h – Sortie du boulot. Parfois j’appelle la France. Ah bon, tu travailles ?

19h – Apéro. La République Dominicaine se lève. A la bonne date, cette fois-ci.

23h – Dodo. L’Europe et l’Amérique sont en pleine forme. Le téléphone vibre dans tous les sens, m’obligeant à l’éteindre et à le mettre dans une autre pièce pour dormir tranquille. Je reprendrai les débats demain, au petit dej.

J’ai mal à la tête, mais je suis devenue hyper forte en calcul mental.

Older posts