N'importe Quoi pour des Gens Bien

DIY et tranches de vie

Gaspésie – Le débrief

Ceux qui nous suivent sur Instagram le savent déjà (et regardez-moi cette mosaïque de professionnels à droite c’est superbe) : j’étais au Canada cet été, et plus précisément en Gaspésie et au Nouveau Brunswick (sur la péninsule acadienne). Déjà : voyage de dingue, c’était magique et on peut y retourner ? Je ne vais pas vous faire un parcours touristique, mais plutôt un carnet à la Shodh Yatra. Shodh Yatra c’est un « cours » que j’ai suivi quand j’étais en échange en Inde, où on partait faire de la rando pendant une semaine dans un coin reculé du pays et où on rencontrait les populations locales. En guise de livrable, il fallait dire ce qu’on avait appris de la nature, des populations locales, de soi et du groupe. Donc voilà mon compte-rendu de cet été.

Canada3

Ce que j’ai appris de la nature
– En plus d’être beaucoup plus gros que je le pensais, les castors sont les seuls animaux, avec l’Homme, à adapter leur écosystème à leur mode de vie, et non à s’adapter à lui. Et franchement ils t’adaptent tout ça pas qu’à moitié (à coups de grands lacs et d’arbres morts)
– Les porcs-épics sont bien plus gros que les hérissons (et sortent d’un dessin animé)
– Les phoques pètent et rotent très bruyamment (oui j’ai 5 ans et alors je fais ce que je veux c’est mon article d’abord)
– Les baleines c’est incroyable. (On a vu des baleines ! Une baleine bleue ! À 20 mètres du bateau !)
– C’est difficile d’être blasé des montagnes, même quand on vient des montagnes comme moi (en mode la fille du vent). Même quand elles n’arrivent « qu’à » 1200 mètres d’altitude, ça continue d’envoyer, cf. le sommet du Mont Ernest Laforce au parc national de la Gaspésie.

IMG_2110

Ce que j’ai appris des populations locales
– Le Québécois est franchement bonnard, que ce soit en camping, en airbnb ou en covoiturage, on a rencontré des gens géniaux tout le long
– Les Acadiens revendiquent leur « acadienneté » à grands coups de drapeaux et de peinture de pylônes électriques et de « voilà mon nom de famille ». Quand on connait leur histoire c’est pas si étonnant, mais comme je ne la connaissais pas tellement avant d’arriver au Nouveau Brunswick, c’était quand même surprenant
– Les Québécois parlent dans leur gorge – ce qui explique la voix de Cœur de Pirate
– … et ils trouvent qu’on parle en prononçant toutes les syllabes et du bout des lèvres, et qu’on a plus généralement un accent français
– C’est pas rigolo l’accent québécois, c’est charmant (mais inimitable, faut être né là-bas)

Canada2

Ce que j’ai appris de moi
– J’aime trop le camping. Ça me gênait même plus à la fin d’aller faire pipi en pleine nuit (bon non j’étais pas hyper rassurée quand même) (les serial killers en camping, ça peut aussi exister, on sait pas)
– Je suis néanmoins incapable d’allumer un feu toute seule, malgré toute la bonne volonté du monde, et l’envie c’était pas ça qui manquait croyez-moi. Et j’ai aussi découvert que faire de la cuisine en camping, c’est vraiment compliqué, et que globalement c’est pas très glamour (contrairement à ce qu’Erin laisse penser)
– Mon déo maison fait également un super exfoliant pour le visage. Très utile quand j’ai commencé à réaliser que mon savon + huile de calendula n’étaient plus vraiment suffisants pour que je garde une tête acceptable.
– Je dors 20 fois mieux quand je n’ai pas passé ma journée devant un écran. Je tombe même de sommeil à 22h. C’est génial.
– J’ai découvert le monde magique des podcasts (2000 kilomètres de route faut un peu les occuper) et maintenant je suis accro. On a notamment écouté la saison 1 de Start-up et Si l’Amérique m’était contée, et depuis qu’on est rentré j’ai descendu Serial et Death, Sex and Money. Ça change la vie. C’est la magie des internets.

Canada1

Ce que j’ai appris du groupe (enfin de mon couple du coup)
– L’ours est fort en allumage de feux, même si après c’est vrai que ça lui prenait parfois la soirée de le gérer (surtout après une petite pluie sur le bois comme ça nous est arrivé au Forillon) donc que c’était pas tout le temps hyper sympa pour lui juste pour faire griller deux mauvais marshmallows énormes
– L’ours se fait toujours piquer avant moi par les moustiques. L’ours se fait toujours piquer par les moustiques tout court en fait.
– Donnez-nous une micro-brasserie après une rando est on est au top de l’expérience touristique. Pas besoin de musées.
– Mais en parlant de musées, on était à peu près au même niveau d’enthousiasme (à savoir élevé, proche de l’hystérie enfantine) sur les deux qu’on a fait en 3 semaines, à savoir le musée des baleines de Tadoussac (enfin le centre d’observatoire des mammifères marins – 2 heures à lire tous les panneaux et à coincer les naturalistes avec nos questions) et le village historique acadien (reconstitution avec des acteurs en costumes d’un village acadien des temps anciens – 6 heures à faire toutes les maisons et à poser 1000 questions et à noter l’évolution dans la fabrication des clôtures des champs)
– On peut se descendre à deux un pot king size de beurre de cacahuète en 3 semaines, sans être trop écœurés. C’est une performance d’un point de vue européen.

Ca me parait loin ces vacances après ce mois de septembre de folie…
À bientôt les castors !

Et n’oubliez pas de continuer de voter chaque jour pour N’importe quoi aux Golden Blog Awards !

6 Comments

  1. Mais oui mais oui : « Si l’amérique m’était contée », génial pour les 15OO km de route !
    Par contre que l’Ours se fasse piquer par les moustiques avant toi, c’est louche !

  2. Aaaah. Le village acadien!!

    • Geraldine

      13 octobre 2015 at 7 h 33 min

      On manque de reconstitutions comme ça en France, c’est quand même génial d’apprendre à se servir d’un rouet !

  3. Hélas! La prochaine fois, peut-etre!

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

*