Tel est le slogan des nouvelles teufs qui font fureur à New York et à Londres, les Morning Gloryville. Le concept : une grosse boume à 6h30 du mat, avant d’aller bosser, sans alcool mais à base de yoga, dance floor, smoothies et autres good vibes.

10341541_323962891147191_6716951818948392696_n

La mouvance s’est importée à Paris il y a quelques mois et Gé et moi on a eu l’occasion de tester l’édition #6, la première qui ait eu lieu un week-end,  grâce à une copine qui a décidé d’y fêter son anniversaire. L’aspect pratique si vous cherchez un endroit où souffler vos prochaines bougies, c’est qu’en général personne n’a rien de prévu le samedi matin à 9h, vous pourriez donc avoir un fort taux de transformation invités / présents.

      10988536_323959607814186_6243857599208978339_n

1er constat : le parisien n’est pas du matin.
Et les organisateurs l’ont bien compris en proposant une 6eme édition le week-end. 6h30 en semaine, avant le boulot, c’est MORT. Ça nous ferait un sujet de ralage pendant bien six mois.
La, 9h un samedi, c’est dur, mais ça se discute. Il suffit de ne pas déprogrammer son réveil de la semaine.

Une fois avoir bravé cette épreuve terrible du « keskeféé ? F’est quoi fe bruit ? Je dois faire quoi ? Gnnheinn ? », avoir réussi à se tirer du lit, et s’être demandé ce que faisaient tous ces gens réveillés dans la rue à l’aube, il y a de quoi compenser à l’arrivée. Massages gratos et smoothies à volonté.
Cette 6eme édition avait lieu à la Cartonnerie, dans le 10ème. Un grand espace pour le dancefloor, une salle annexe pour les cours de yoga, un bar avec open café, une verrière pour ceux qui veulent glandouiller, et une mezzanine pour l’espace massage. Ambiance décontracto-berlinoise (je n’ai jamais mis les pieds à Berlin, mais j’imagine), température incluse.

10931180_323961841147296_3518835648557525407_n

Un peu partout, du matos pour exprimer sa positive attitude : crayons pour s’écrire dessus, mur d’expression, déguisements en self service… Sur la piste, quelques habitués font du hoola hoop et autres acrobaties. Tout le monde se tutoie. La masseuse, entre deux clients, lâche, sincère, « C’est génial, tout le monde est beau ici ! ».

Mais malheureusement, malgré toutes ces bonnes ondes, il y a un petit truc qui empêche de rentrer dans l’ambiance. Le programme est millimétré, chronométré, c’est un peu « la dictature des babos », comme l’a très bien dit un ami à nous. Maintenant, c’est choré ! Allez, tout le monde fait la choré ! Maintenant, on jette tous des ballons en l’air en riant à gorge déployée ! Allez ! Ça va, tu t’amuses ? TU T’AMUSES ?! Il faut s’amuser !
On dirait que les organisateurs ont tellement peur qu’on s’ennuie, qu’on aille se rendormir sur le coin d’un canap, qu’ils font tout pour qu’on n’ait surtout pas le temps de réfléchir.

1450234_323962161147264_2074582174828343361_n

Alors oui, d’accord, j’ai l’impression que les participants n’ont rien à voir avec les New Yorkais. La bas apparemment y’a 400 personnes en transe sur le dance floor, des déguisements de ouf, du AMAZING en veux tu en voilà, du BEST PARTY EVEEER à gogo.
Mais on est comme ça nous, sur la retenue, critiques.
On peut pas tirer le parisien de son lit pour lui demander d’aller faire de l’acro yoga avec des inconnus, même avec un open café. Et pourtant, en fin de compte,  j’ai bien aimé notre manière d’aborder l’événement. C’était plus posé, plus ambiance samedi matin, des gens qui discutent, des bébés, la queue au stand de massage. Et je me dis qu’avec ça et le concept, on a sûrement un moyen de créer le Morning Gloryville à la française, et ça, ça déchirerait tout.

10437659_323961544480659_3921341943986836693_n

Après un petit brainstorm avec Gé, on vous présente notre version de l’événement fait maison :
– on nous accueillerait avec du muesli, des tartines et plein de pâtes à tartiner différentes
– il y aurait un genre de grande table d’hôte ou on pourrait se poser, discuter, et pourquoi pas lâcher une petite blague à son voisin de table sur l’étiquette du pot de tartinade aux amandes
– il y aurait plus d’enfants (parce que pour le coup eux à 9h du mat ils ont la forme) et ils feraient des dessins
– la musique commencerait avec une ambiance feutrée, un contre bassiste jazzy, puis le volume et le rythme augmenteraient progressivement au fur et à mesure de la matinée
– il y aurait une salle de yoga silencieuse, et le chauffage dans la salle de massage
– on serait tous en pyj
– on mettrait un piano en libre service et on se ferait des petites impros chantées avec un inconnu pianiste
– on pourrait s’essayer au jonglage, et même à la poterie

Ouais, ça a un petit côté pub Ricoré mais ça serait ouf, non ? Vous viendrez ?