N'importe Quoi pour des Gens Bien

DIY et tranches de vie

Tag: Japon

Happy August Days

Ce n’est pas parce qu’on est en vacances qu’il faut oublier d’être heureux ! (phrase absurde)

En août, on a pris nos cliques et nos spartiates et on est parties globe-trotter au Canada et au Japon (ça si vous ne le saviez pas il est temps de se faire un petit rattrapage des derniers articles et de notre compte Instagram). On s’est pris de l’air frais plein les narines. C’était bien.

Pour les plus joueurs : dans ces photos se cachent un hotel capsule, le Saint-Laurent, une biche vivante et du poisson cru. Sauras-tu les retrouver ?

Pour les plus curieux : découvrez pourquoi ces photos, et comparez-les à celles de juillet, de juin, de mai, d’avril, de mars, de février, de janvier et de décembre !

 

HappyAugustDays

L’art de l’ordre japonais

Je ne peux pas prétendre avoir été surprise par l’ordre qui règne dans ce pays. Le Japon discipliné, ça fait partie de l’imaginaire qu’on en a, avec des horaires de travail millimétrés, des formules de politesse à rallonge et des écoliers en uniforme qui récitent leur leçons à l’unisson. Mais en repensant à l’image que je m’en faisais avant de partir, je me rends compte que je me figurais une police omniprésente, une répression forte et une discipline subie. Oui oui, comme ça, ça n’est absolument pas fondé, absolument pas justifié. Mais c’était comme ça dans mon imaginaire. Que voulez-vous parfois on s’imbibe tout seul de préjugés, en se basant sur rien du tout.

Mon inconscient avait 50% tout bon : oui, le Japon brille par son ordre et son organisation ; et 50% tout faux : rien n’est subi.

DSC03571

J’ai eu l’impression constante que tout le monde contribuait à l’ordre établi. Bien sûr il y a des règles, des lois, des consignes. Mais ça semble évident. C’est très bizarre à concevoir pour nous français, frondeurs dans l’âme. Nous, quand on nous dit « fais la queue », on pense « ouais mais peut-être que par là personne n’a vu mais qu’en fait ça va beaucoup plus vite » / « je vais bien trouver un moyen de doubler par là » / « hop hop ni vu ni connu je t’embrouille ». On aime la révolution, on adore brandir notre libre-arbitre quand il s’agit d’exécuter, et tout est matière à débat. Je ne sais pas si les Japonais débattent, mais si oui, c’est sur d’autres sujets.

Au Japon, déjà personne ne dit « fais la queue », ça coule de source. D’ailleurs sur les quais des trains et des métros, il y a des autocollants au sol qui indiquent l’endroit où les portes s’ouvriront. Les gens s’alignent en file, d’eux mêmes, derrière ces autocollants en attendant que le métro arrive. Bon. Mais même si il y avait un mec qui disait « fais la queue ». Et ben on ferait la queue. Personne ne double. On rentre un par un. Celui qui était là en 1er rentre en 1er.

DSC03570

On a un vrai sentiment de contrat entre le service et l’utilisateur. D’égal à égal. Dans le métro, personne ne fraude alors qu’il n’y a aucun contrôle. Il n’y a pas un tag, pas un siège dégradé, pas une personne qui retient les portes. Dans beaucoup de bus, il faut payer à la sortie en mettant ses pièces dans une espèce de tirelire. Le chauffeur n’a aucun moyen de savoir combien d’argent on a mis. Je mets ma main à couper que la seule triche vient des touristes ! On a vraiment l’impression qu’ils se sont dit « Bon les gars, nous on fabrique les métros et on les fait rouler, vous vous payez pour les utiliser. D’ac ? », et là, bim ils se sont tapé dans la main, et c’était parti pour des années de métro nickel. Vu comme ça ça semble logique.

Cette confiance, cette honnêteté omniprésente, ça a des conséquences fantastiques. Il y a zéro vol. On peut laisser allègrement trainer son sac à main n’importe où ou sortir son smartphone en toutes circonstances. Il y a zéro dégradation, et zéro déchet par terre. Je vous en parlais déjà la dernière fois, mais c’est le résultat du même état d’esprit. J’utilise la rue, j’ai pas envie qu’elle soit crado, alors je jette pas. Dans les toilettes des filles en boite, il y a du déo, des petites lingettes anti-luisance et des coton tiges pour corriger le maquillage qui coule. Personne n’a l’idée d’embarquer le paquet pour se faire six mois de nettoyage d’oreilles gratos. Personne n’a l’idée de vider le déo sur les mecs relous qui draguent, pour rigoler.

En étant confronté à ça quotidiennement pendant trois semaines, on remarque déconcerté le nombre de fois où ce genre d’idées nous traversent la tête. J’avoue avoir souvent pensé « ils n’ont même pas contrôlé, on n’aurait pas du payer ! ». Même sans passer à l’acte, j’ai l’impression que l’indiscipline est ancrée en nous. Pourtant, en les regardant, on se dit sans cesse : mais bien sûr qu’ils ont raison ! Alors, faute de pouvoir changer le monde… et si on essayait tous à notre échelle d’être un petit plus japonais ?

 

Japon, tu m’étonnes

Mes amis, je rentre à peine de quinze jours au Japon. Autant vous dire que j’ai l’impression d’être partie trois mois tellement j’ai vu, senti, testé, gouté, essayé de choses nouvelles. On en prend plein les cinq sens, tout est surprise, tout est différent, on ne s’exprime plus qu’à coup de c’est dinguo / c’est génial / c’est ouf / c’est bizarre / c’est quoi ?

Il faudrait des pages et des pages pour raconter tout ça, et encore je suis sûre que je n’ai pas saisi la moitié de ce que j’ai vu. Plutôt donc de me lancer dans un récit exhaustif et imprécis, je préfère vous livrer comme ça, brut de décoffrage, quelques contradictions et surprises nippones.

  1. Il n’y a aucune poubelle dans la rue, et pourtant aucun papier par terre.
  2. Il y a une vraie fascination pour Paris et le Mont Saint Michel. On voit d’ailleurs plus d’enseignes en français qu’en anglais, avec des noms plus ou moins compréhensibles : Comme ça du mode, Café de crié, Crêpe de café Girafe… Il me semble que si j’ouvrais une boutique avec un nom japonais je m’arrangerais pour me faire relire, mais peut-être que je m’enflamme.

DSC03862

3. Il y a des toilettes partout : dans le métro, dans les supermarchés, dans la rue. Elles sont toujours nickel et il n’y a jamais la queue (probablement parce qu’il y en a plus, non ?) . Elles sont d’ailleurs très très trèèès technologiques, avec lumière, relevage de couvercle et chauffage du siège automatiques dès qu’on rentre dans la pièce.

4. Les taxis sont les seules voitures à avoir des rétroviseurs à l’avant du capot, comme ça :

image17

  1. La vie se passe beaucoup plus bas que chez nous. On mange assis par terre, les serveurs s’agenouillent pour prendre la commande, on se douche assis sur un tout petit tabouret. Les lavabos m’arrivaient en moyenne à mi-cuisse (et pourtant non ils ne sont pas particulièrement petits, ni moi particulièrement grande)
  2. Quand on promène son chien et qu’il fait pipi dans la rue, on rince le tout avec sa petite bouteille d’eau.
  3. Les magasins regorgent de produits pour le moins surprenants : arceaux en plastique à se caler dans le nez pour qu’il ait l’air retroussé, petits scotchs à se coller sur les paupières pour avoir les yeux moins bridés, costume de banane à porter dans le bain pour maigrir…

DSC03869

8. Quand les produits de beauté promettent de retrouver une peau de bébé, hop, un bébé sur le packaging. Avec un patch anti points noirs.

DSC03867

9. Pour saluer, les japonais ont l’habitude de s’incliner vers l’avant. Le contrôleur de train le fait à chaque fois qu’il entre et qu’il sort d’un wagon. Meme les présentateurs télé saluent en s’inclinant. Quand un groupe d’amis se sépare après une soirée ensemble, on les voit dans la rue, en cercle, en train de s’incliner à tour de rôle.

10. La tradition, le soir de Noël, c’est de manger du KFC.

11. Dans plein de villes, il y a des biches errantes, au taquet sur les pique-niques des touristes.

DSC03727

12. Les housses de couette on des « fenêtres »

DSC03831

13. Il y a des distributeurs de boisson PARTOUT. Mais surtout, ils ont des distributeurs automatiques de glaces ! Le paradis !

DSC03899

Voilà un petit avant-goût. Je n’aurais qu’un conseil : ALLEZ-Y. Ce pays est fascinant de modernité, de raffinement et de créativité.

100 Happy July days

En juillet… On a commencé à se la couler douce, Jess est partie en vacances, et on a subitement arrêté de s’envoyer nos happy days après le week-end du 14 juillet, comme pour respecter le thème zéro déchets qui nous a guidé pendant ce rassemblement de hippies gens bien en Ardèche…

Heureusement on a quand même rassemblé les quelques images suivantes, et promis, on s’y remet sérieusement au mois d’août.

 

Happy juillet 2 Happy juillet 1

Retrouvez les autres happy days de 2015 : juin, mai, avril, mars, février, janvier