N'importe Quoi pour des Gens Bien

DIY et tranches de vie

Tag: Make my Lemonade

Expérience #3 – DIY des cadeaux de noël – 2ème partie : La marionnette

Aujourd’hui, pour le deuxième post de la série « on refait noël », je vous propose l’étude du DIY deglingos marionnette de Make My Lemonade.

Donc là vous avez jeté un oeil au lien, regardé vite fait, et vous avez vu « difficulté : facile, durée : une heure ». Permettez-moi de briser vos rêves dès maintenant : ce n’est pas le cas. Me concernant ça a plutôt été : « difficulté : hardcore trash, durée : quatre heures ». Briseuse de rêves j’ai dit.


DIY Marionnette 1

Allez on attaque avec la liste des ingrédients, parce que déjà là ça commençait bien.

la fausse fourrure : c’est cher cette chose hein. J’ai pris un truc de seconde zone chez tissus Reine en me disant que ça ferait plus marionnette, résultat on voit un peu au travers. Mais je le sentais pas avec un grosse fausse fourrure de Mamie.

la feutrine : facile, j’ai trouvé la mienne dans mon nouveau magasin préféré de la Défense : Cultura. Un choix incroyable de feutrines. Des couleurs pour tous les goûts.

la colle néoprène : ça m’inquiétait un peu cette histoire de colle, vu que la marionnette était destinée à mon neveu qui est âgé d’un an. Donc j’ai acheté de la colle néoprène green (enfin un truc qui s’appelle comme ça et qui avait l’air un peu moins toxique que la version originale). Erreur.

la mousse : aaaah. La mousse. Une belle aventure, qui m’a permis de visiter les bas-fonds des alentours du marché Saint-Pierre, où je me suis retrouvée dans des sortes de magasins de l’enfer poussiéreux et glauques, avec de la mousse de toutes les formes mais où on ne voulait me vendre que des rouleaux à 50€. « Non non c’est juste pour une marionnette ». Bref, donc après 3 ou 4 magasins, j’ai trouvé mon bonheur en haut de la rue Seveste. Bon courage donc.

Après avoir rassemblé tous ces éléments dans la panique des courses de noël, je me lance dans l’histoire, à peu près sure que ça ne me prendra que 1h30.

Premier obstacle : la colle ne semble pas coller. Même après les 10 minutes d’attentes règlementaires (apparemment c’est comme ça que ça marche la colle néoprène), ça ne colle pas. 25 minutes : colle pas. Après une bonne heure d’essais infructueux qui m’ont laissé les doigts pleins de colle, je décide de faire ce que j’aurais dû faire dès le début : coudre la bête à la main. Pas de photos à l’appui pour cette étape intermédiaire mais ça avait un petit air de Frankenstein, et surtout, bah ça marchait.

J’ai également cousu la bouche en carton de façon un peu violente (après avoir encore une fois essayé infructueusement de la coller).

Côté couture de la fourrure, pas d’incident particulier, vous le voyez sur les photos je n’ai pas cousu les oreilles suffisamment écartées donc ça fait une tête bizarre. Je m’y suis reprise à plusieurs fois pour les faire ces oreilles d’ailleurs dans le découpage du tissu, j’avais prévu trop court la première fois dans les valeurs de couture et le morceau de mousse ne rentrait pas. Toujours un bonheur de recommencer.

DIY Marionnette  2

Petit raté également sur une des dernières étapes, au moment de l’assemblage de la tête en mousse et de la fourrure. Il faut commencer par coller la bouche, comme vous le voyez sur les photos je l’ai collée un peu en décalé et du coup on dirait que la bête a un bout de bouche qui sort en permanence. Ce qui lui donne un air tout à fait intelligent et pas du tout baveux.

Pour l’étape de l’assemblage cou et tête, là j’avoue que j’étais à bout de nerfs dans un salon en état apocalyptique avec de la colle partout, donc je l’ai fait rapidement, voire sauvagement, mais la fausse fourrure pardonne, même quand elle est de seconde zone.

J’ai un doute sur le fait de coller les yeux et le nez sur la fausse fourrure d’ailleurs, je l’ai fait, mais pense qu’à l’usage ça risque de se décoller. (Je vous épargne le fait que je trouve les yeux trop rapprochés). Est-ce que là aussi un point de couture serait envisageable ? Pas sure parce qu’il faudrait prendre la mousse aussi. À tester la prochaine fois (qui arrivera bientôt vu qu’il me reste pas mal de fournitures) (sans parler de ce tube de colle néoprène green à peine entamé dans lequel je ne crois plus).

DIY Marionnette 3

Le résultat : pas mal, la marionnette fait son petit effet, mon neveu a même joué un peu avec, donc c’est une petite victoire. Évidemment je ne vois que ses défauts et le fait qu’elle a une tête plus débile que l’original. Mais je ne vais pas cracher dans la soupe, j’ai reçu foultitude de compliments, donc j’accepte.
La grande moralité de cette expérience reste néanmoins : AUCUN DIY n’est facile. Aucun. Surtout avec de la colle green.

DIYeurs du dimanche, partagez vos astuces de colles, feutrines, fausses fourrures et mousses avec nous dans les commentaires !

Retrouvez la première partie de cette expérience ici avec le DIY Sac marin.

Expérience #3 – DIY des cadeaux de noël – 1ère partie : Le sac marin

J’attaque une petite série très personnelle pour vous raconter un bon défi que je m’étais lancée pour Noël dernier : faire tous les cadeaux à la main. Non non, pas les paquets cadeaux, les cadeaux. Alors je vais désamorcer quelques unes de vos attentes dès maintenant : sur les 8 prévus, je n’en ai fait que 5. Deux réactions possibles : c’est mal, ou bien c’est déjà pas mal. Vous choisissez. L’objectif ici est, bien sûr, de vous raconter ma vie, mais au-delà de ce sujet déjà passionnant, j’espère surtout que ça vous donnera envie de vous lancer !

Je vais donc vous faire une sorte de « crash-test de tuto » en trois parties. Lisa de Make my Lemonade si tu m’entends : j’ai suivi tes sages (et créatifs et talentueux) conseils et ai réalisé tes DIY snood, sac marin et marionnette.

On attaque avec les sacs marins pour l’ours, mon cousin et mon frérot.

KONICA MINOLTA DIGITAL CAMERA

Première remarque préliminaire : enfin un incroyable DIY qu’on peut faire pour des hommes, et ça c’est suffisamment rare dans le monde magique de la couture pour être noté.
Deuxième remarque préliminaire : pas facile, ça demande de bien s’appliquer. Par contre : un résultat vraiment à la hauteur. Canon. Je suis même assez fière de ces cadeaux, ça tombe bien que j’en aie fait trois.
Troisième RP : mes premiers boutons pressions ! Une bonne galère, mais je recommande (d’en mettre un peu partout) (ça vous permettra de fermer et d’ouvrir tout, avec un côté sympa-rock).

Je ne vais pas rentrer dans chacune des étapes du tutoriel, Lisa les décrit très bien. Juste deux précisions et une petite amélioration :
1. Je ne sais jamais trop si les valeurs de couture sont prises en compte dans les patrons, là je crois pouvoir vous confirmer que non, au vu de la tête qu’avait ma poche. Après un petit redimensionnement à l’arrache c’est néanmoins passé crème.

2. Je pense que c’est un oubli de Lisa parce que vu son niveau global d’exigence, ça m’étonnerait qu’elle oublie l’OURLET AU NIVEAU DE LA FERMETURE DU SAC. En haut du tube quoi. Donc avant de refermer votre tube, je recommande un ourlet double pour bien finir la bête, ça rend bien.

3. Enfin, une petite modification pour vous permettre d’avoir une sangle réglable. Évidemment ça va être compliqué de vous l’expliquer mais je le tente (j’ai également tenté des photos mais elles sont d’une qualité déplorable) (donc on y va avec des mots, pour le panache) (après relecture, on ne comprenais rien, je vous mets quand même des photos) (sans vernis à ongles, la blogosphère est en émoi)

Boucle sac marin
Etape 1. Prenez votre boucle rectangulaire. Faites passer votre sangle autour de la petite barre du milieu et cousez la. Là vous avez donc votre sangle qui fait une petite boucle à un de ses bouts, fermée par une couture, et dans la boucle la boucle en métal. (Terrible cette explication)

Sangle sac marin
Etape 2. Prenez ensuite votre sangle par le bout non cousu/bouclé, et faites le passer dans votre boucle en demi-cercle déjà cousu au fond du sac. Puis fautes le passer dans la boucle carrée où vous avez cousu le bout de la sangle, sans faire de twist.

Etape 3. Et ensuite faites comme dans le tutoriel, sauf que vous ne faites qu’un seul retour.

Dans l’éventualité certaine que ce ne soit pas clair du tout, n’hésitez pas à regarder comment ça marche sur un de vos sacs chez vous.

Voilà mes lardons, en conclusion ce DIY est incroyable, je le recommande à toute personne ayant envie de transporter des choses. Enjoy, on se retrouve bientôt pour le deuxième épisode !