N'importe Quoi pour des Gens Bien

DIY et tranches de vie

Tag: Photo

Comment on s’étonne – Anne-Sophie

Quand on se promène avec Anne-So, dans la rue, au ciné, dans une expo, on sait qu’il y a toujours un moment où elle va dégainer son téléphone pour prendre en photo quelqu’un qui passe ou un tag sur un mur, pour enregistrer quelqu’un qui a un accent… Elle met en boîte tous ces petits moments du quotidien qu’on remarque à peine. Et ça me fascine, de pouvoir s’étonner du quotidien, de remarquer toutes ces petites choses loufoques qui croisent notre route. Alors j’ai essayé de comprendre sa démarche, et les sujets qui l’inspiraient. Ca ressemble à une collection, sans but particulier, mais tellement cool à reregarder.

20160305_173415~2

« Il n’y a pas de recherche. Tu vois bien des choses belles dans ta journée que tu aimerais prendre en photo ? C’est l’idée, voilà. En général, ça vient soit parce que je vois des enfants qui font des trucs rigolos, soit des gens beaux.

Les enfants, ils ne savent pas ce que c’est que l’espace public. Ils sont chez eux. Comme ceux-là qui sont dehors en train de lire une BD.

IMG-20160306-WA0004

Je regarde aussi beaucoup les filles dans le métro. J’adore prendre en photo les gens beaux.

La dernière fois c’était une fille très belle devant moi dans le métro. Elle avait une peau incroyable. On aurait dit un tableau du 17 siècle. Ou hier, dans le train, un couple en face de moi. Lui dormait la tête sur sa tablette, et elle, elle lui caressait les cheveux. Alors qu’on était en seconde, que c’était bondé… le cadre était horrible !

Tu n’as jamais remarqué que par terre dans la rue, il y avait souvent des trucs bizarres ? Comme cette plâtrée de moule, en plein Paris.

IMG-20160305-WA0023

Ou ce soutien-gorge.

IMG-20160305-WA0022

Ou ce chien qui fait semblant d’être mort.

IMG-20160305-WA0017

Je trouve que dans des moments banals, il y a des choses très jolies. Il y en a que je n’arrive pas à reproduire. Pour les sons notamment, souvent quelqu’un me fait rire, mais il faut voir le personnage, c’est trop immédiat. Juste le son ça ne suffit pas à rendre le moment.

En réalité, je ne prends en photo qu’un millième des moments que j’aimerais capturer. Parce que ça ne rend pas, ou que je n’ai pas mon portable sous la main. Ou tout simplement parce que je ne sais pas vraiment prendre de photos ! Ca pourrait être beaucoup mieux.

Là, on est chez Zara. Et elle a juste posé son gamin sur le comptoir. Alors qu’il est assez grand pour tenir debout, mais non.

IMG-20160305-WA0019

 

Ca, c’est quand j’étais à Valence. Il y avait un genre de fête régionale. C’est chou, non ?

IMG-20160305-WA0018

Ca c’était au musée. C’est un gamin par terre. On dirait que sa mère le tient en laisse avec l’audioguide. Il ouvre sa bouche comme un petit chien, et elle, ça ne la dérange pas.

IMG-20160305-WA0021

J’aimerais voir ça comme de l’art, mais je ne trouve pas que le rendu soit très beau. Personne n’aurait envie de voir ça. Moi je les reregarde parfois, quand je suis dans le métro. C’est très rare que j’en envoie à des gens, en général c’est juste pour moi. J’ai essayé pendant un temps d’utiliser un vrai appareil photo, mais au final je ne l’avais jamais sur moi.

Je pense que tout le monde voit des choses touchantes, ou drôles, ou belles. C’est juste qu’on n’a pas l’idée de les photographier. »

Et puis, alors que j’avais éteint le dictaphone, Anne-So me sort des vieilles photos qu’elle a acheté dans une brocante à Istanbul. Elle les a choisies parce qu’elle aimait les expressions sur les visages, parce que ces inconnus l’ont touchée. Et au dos d’une photo d’un couple qui s’embrasse sur une plage, un petit mot… Combien d’entre nous seraient passés à côté ?

IMG-20160330-WA0009~2

 

IMG-20160330-WA0012~2

 

 

Forever Baklava

En me promenant dans les rues de Rethymno en Crète le week-end dernier, je suis passée à côté d’une fabrique de baklavas (vous savez, ces patisseries méditérranéennes délicieuses faites surtout de sucre et de gras. Miam). A l’intérieur, un atelier plutôt à l’ancienne, avec un petit papi en train de faire cuire sa pâte en de longs fils, sur une sorte de crêpière géante.

Baklavas

 

Et puis, en observant un peu le reste de l’atelier, je suis tombée sur une photo accrochée au mur. Le même papi, avec 40 ou 50 ans de moins, dans son atelier.

baklavas2

Voilà. Même profil, même coiffure, même matériel, même table, même marcel. 50 ans plus tard. 50 ans à faire des fils de baklavas, au même endroit.

Je suis sortie de là plein de de questions sur la vie, et sur notre besoin permanent de changement et de nouveauté. Puis, j’ai raconté l’anecdote à mon amie Sofia, ancienne marketteuse reconvertie en prof de yoga à Shanghai.

Son analyse m’a plu.

« A force de faire tous les jours la même chose, ça devient une vraie méditation active. Le corps fait des baklavas, mais l’esprit pratique la quiétude. »

Alors voilà. Ennui ou nirvana, je vous laisse choisir.

11374279_1011089808941278_885219709_n(1)

Des frites et puis des moules

Ca fascine les américains, nous on n’y pense plus, mais les distances en Europe c’est assez fantastique.

DSC03285
En 3h de voiture, hop, nous voilà à Bruges. La Venise du Nord, avec ses canaux, ses maisons verticales, ses cornets de frite.

DSC03330

DSC03329
Les brugeois attachent à peine leurs vélos devant chez eux. Les fenêtres et les façades sont fleuries. Les parcs aussi.

DSC03316
Dans les boutiques ils parlent toutes les langues, et jonglent à gogo entre flamand, français, anglais, et même italien et espagnol. L’impression d’un grand voyage à quelques kilomètres de chez soi.

DSC03327
« Let noble thoughts come to us from every side ».

Corbeaux noirs et écoliers blancs

Je rentre tout juste du Sri Lanka mes amis, des images plein la tête et la carte mémoire.  C’est incroyable la diversité de ce pays… En quelques jours on passe de temples anciens perdus dans la nature, à des montagnes couvertes de plants de thé, en passant par des parcs naturels remplis d’éléphants et des plages de sable fin. J’ai l’impression d’être partie des mois.

Mais il y a deux éléments pourtant, qui s’accrochent à tous les paysages. D’abord, des gros corbeaux noirs. Partout. Sur les arbres, sur les balcons, dans les poubelles, dans les jardins… C’est menaçant un corbeau. Beaucoup plus qu’un vieux pigeon parisien.

Et puis, beaucoup plus sympa, où qu’on aille, il y a des groupes d’écoliers. Je ne sais pas si dans le système éducatif sri lankais on préconise les sorties scolaires ou si il y a juste beaucoup beaucoup d’écoliers, mais on les croise partout, tout beaux dans leur uniforme blanc.

Tout en haut du rocher du lion.

DSC02749
DSC02750

Leurs chaussures alignées devant l’entrée des temples.

DSC02766
Sur le fort de Galle.

DSC03175
Et sur les plages.

DSC03210
Et souvent ils ont des percussions et ils se mettent à chanter et à danser.

DSC03190

Ca a l’air sympa d’être collégien au Sri Lanka.

DSC03207

Happy December Days

Nous y voilà, dernier jour de 2014 ! Fiou !

Suite au succès mondial de notre post sur 100 Happy Days, nous avons décidé de partager avec vous à la fin de chaque mois quelques images qui nous ont rendu heureuses… On espère que ça vous donnera envie de vous lancer.

Voici donc un petit résumé de notre beau mois de décembre !

HappyDecemberDays2
Passez un très beau réveillon, on se retrouve de l’autre côté !

Après la pluie… en Ardèche

Ça n’est pas une destination pour parfaire son bronzage.

DSC02331
Pas un endroit pour se prélasser au bord d’une piscine.

DSC02303
Mais quelle lumière, mes amis.

DSC02340

Quelle lumière après la pluie !

DSC02274

Balade en Crète

La Crète a une atmosphère très particulière hors-saison. Moins de touristes dans les rues, un peu de pluie qui donne l’occasion de profiter des ambiances intérieures, mais toujours cette invitation à la détente, avec ses cafés qui vous tendent les bras à chaque coin de rue.

Le jardin d’Ali Vassi, caché dans une cour à Rethymno

« Cafenion » du petit village de Vafes, dans la région de l’Apokronas

 

Traditionnel café grec, Vafes