N'importe Quoi pour des Gens Bien

DIY et tranches de vie

Femmes enceintes, mode d’emploi

Après quelques mois d’expérimentation de l’état de femme enceinte, on a décidé que le monde avait besoin d’une petite mise au point. Non, parce qu’on croit qu’à l’ère de Wikipedia et de Jane the Virgin tout le monde sait tout sur tout sur la grossesse mais PAS DU TOUT. Les gaffeurs, les relous et les bien-intentionnés-à-claquer se croisent encore à chaque coin de rue.

Commençons par la base de la base : c’est très étrange d’être enceinte. En tous cas la première fois. Peut être qu’au bout du 5ème on ne s’étonne plus, mais pour le premier on passe sa vie à se demander si tout est normal, si tout va bien se passer et souvent à imaginer le pire. Ça fait beaucoup à processer d’un coup : notre corps va faire des trucs chelous pendant neuf mois, et après notre vie va être changee pour toujours. Pas du genre « si je rate ma coupe de cheveux, ça repousse », ni même « si on s’est vraiment trompés sur cet appart, on revendra ». Non non, du vrai changement permanent duquel on ne revient pas.

On découvre tous les jours l’impact que ça aura sur notre carrière, l’inégalité du rôle des hommes et des femmes pendant ces 9 mois, le contact quasi permanent avec des médecins (quand on a eu la chance d’y échapper jusqu’ici), les restrictions alimentaires… À mon avis c’est pas pour rien que ça dure aussi longtemps une grossesse. Il faut au moins ça pour achever un semblant de préparation psychologique.

Je pense aussi que ces 9 mois sont la pour nous apprendre à s’en foutre de ce que disent les gens. Et croyez moi, c’est pas de trop… En tous cas si vous prévoyez la fabrication d’un bébé sous peu, préparez vous à une déferlante d’avis, de réflexions, de blagues et de questions. Si vous avez une femme enceinte dans votre entourage, voici quelques thèmes clefs à ne pas aborder pour éviter un torrent de larmes incontrolé / un coup de boule, voire de ventre (tout est possible).

« Vous essayez depuis longtemps ? » Comment vous dire, si jamais on avait des problèmes à en avoir, qu’on avait envie d’en parler, et qu’on avait envie d’en parler AVEC VOUS, on l’aurait deja fait ! Si c’est un sujet qu’on n’a jamais abordé ensemble, alors on n’est probablement pas assez proches pour en parler maintenant.

J’ai d’ailleurs fait le voeu solennel de ne plus jamais dire « Et vous vous en faites un quand ? » ou de souligner quand une fille en âge de procréer ne prend pas d’alcool (en fait : soit elle est enceinte et elle ne le dit pas parce qu’elle craint la fausse couche / soit elle a juste pas envie de boire de l’alcool. Donc dans les deux cas à quoi sert la réflexion ?). Ces sujets peuvent être tellement lourds pour un couple, on n’a aucune idée de ce qu’il se passe vraiment. Peut-être qu’ils ne sont pas d’accord, peut être qu’ils n’y arrivent pas, peut-être peut-être… C’est un terrain trop miné pour sauter dans le plat à pieds joints.

« C’était voulu ? » Je comprends que cette question brûle les lèvres parfois, dans certaines situations surprenantes, quand il n’y a pas de père / qu’on a 16 ans / qu’on a toujours clamé sur tous les toits qu’on voulait pas d’enfant / autre raison valable. Mais dans mon cas, à 30 piges après dix ans de vie de couple je n’ai toujours pas compris d’où ça sortait.

« Ton ventre est énorme / minus » Ça je pense qu’on l’aurait affiché en lettres dorées dans cet article si WordPress le permettait. C’est fou le nombre de gens qui ont quelque chose à dire sur la taille de notre ventre. Pour faire simple : on n’a aucune prise sur la taille du machin. On subit. Donc c’est un peu comme commenter la taille du nez de quelqu’un, il n’y est pour rien.
Pour le ventre, s’il est petit, on est probablement déjà inquiètes que le bébé ne se développe pas correctement. Les 1ers mois d’une grossesse, ou notre tête est chamboulée mais notre corps ne montre rien sont les pires à mon avis. Et si j’avais rêvé ? Et si ça s’était arrêté ? Pourquoi ça ne se voit pas ? La dernière chose dont on a besoin c’est que quelqu’un achève de nous inquiéter.
Et si le ventre est gros, alors dites vous qu’on essaie déjà d’accepter ce corps qui se déforme, nous empêche de bouger comme on le voudrait et nous oblige à nous habiller comme des sacs (le tout pour la modique somme de trois salaires minimum). En fin de grossesse les médecins et les magazines alertent suffisamment sur le risque de prendre trop de poids, c’est pas toi, vague collègue de bureau, qui va me donner l’idée de réfléchir à la question.

Et puis je pense que c’est un sujet ou le congé maternité n’a pas aidé. On n’est pas habitués à voir une femme enceinte de 9 mois (vous pouvez Googler, oui c’est énorme) du coup quand on en croise une à deux mois de son terme on a l’impression qu’elle explose tous les records.

A éviter donc : « on voit rien » / « ça devrait pas commencer à se voir la ? » / « t’as vachement grossi » / « tu es énorme » / « tu es vraiment très très enceinte » / « ton ventre a une forme chelou. »
(à noter que j’ai eu toutes les réflexions ci-dessus ce qui montre bien que les gens ne sont jamais contents)
À retenir si vous tenez à faire un commentaire : « tu as un beau ventre » / « ça te va bien » / « tu le portes bien » / « superbe, toujours aussi bombesque » (si vous ne le pensez pas alors faites comme avec les gens qui ont un très gros nez, juste ne dites rien)

« Je peux toucher ? » (en général les gens ne s’encombrent même pas de la question). Mais, mais…? Je croyais que ce sujet en 2017 était aussi galvaudé que d’expliquer que la tomate est un fruit et non un légume. Mais enfin, tout le monde le sait, non, qu’il ne faut pas toucher le ventre des femmes enceintes ? Bien sûr il y a l’exception des gens très proches avec qui on est contents de partager. ET ENCORE. Mais dites vous que si vous n’avez pas envie que je vous touche le ventre alors je n’ai probablement pas envie que vous touchiez le mien non plus. Même si oui, il est superbe.

« La grossesse n’est pas une maladie » (NDLR : remarque du connard de base) Oui, oui, OK, OK, on est au courant. D’ailleurs on bosse, on fait du yoga et des dîners en ville. Mais vous n’imaginez pas la dose de fatigue qui s’abat sur une femme enceinte. Un genre de mononucléose, ou un avant-goût du troisième âge, je ne sais pas. Ca arrive parfois sans prévenir, l’envie irrepressible de se coucher à 19h30, la somnolence en réunion, l’envie de s’asseoir après 20 minutes de promenade. J’ai essayé hein d’être cette femme enceinte dynamique des magazines ; j’ai lancé une marque, j’ai déménagé, j’ai voyagé, j’ai fait de la rando. Mais parfois juste mon corps dit stop. Mon corps dit pose toi et dors. Donc si on vous dit que non on n’a pas envie de faire du kayak ou du camping, alors foutez nous la paix et apportez nous une pizza, c’est tout ce qu’on demande. (et je n’imagine même pas pour les filles qui ont des complications de grossesse, laissez les vivre nom de nom).

« Euh t’es sûre que tu peux manger ça ? » (ou sa variante « Mais noooonn, mais ça tu peux manger/boire, ça va ! »). Comment te dire : je suis majeure, consciente de ma situation, suivie par un médecin, et j’ai lu beaucoup plus de blogs et de bouquins sur le sujet que je n’aurais du en lire. Donc si je mange ce que je mange et que je bois ce que je bois, c’est en connaissance de cause. Il y a une phrase clé dans la grossesse, c’est CHACUN FAIT AVEC SON STRESS. Donc si ta cousine Gertrude avait décidé que les sushis c’était pas grave, tant mieux pour elle. Si ta soeur par contre a complètement stoppé le café, c’est son droit aussi. Et pour ta soeur, Gertrude, et moi-même, si nos restrictions alimentaires nous aident à mieux vivre ce qui se passe, alors ainsi soit-il.

Toutes les histoires de grossesse qui se sont mal passées. Je vous jure, les gens s’en donnent à coeur joie. « Ah bon t’es à 5 mois ? Le coeur du bébé de ma pote Josie s’est arrêté à 5 mois ». Vous êtes sérieux les gars ? Bien sûr qu’il y a des grossesses qui se passent mal, et c’est des épreuves terribles que je ne souhaite à personne. Mais cf l’intro de cet article : on n’a pas besoin de vous pour s’inquiéter. Moi je vais à chaque rendez-vous chez le médecin en priant pour que la grossesse ne se soit pas arrêtée. Et je ne dois pas être la seule. Alors les histoires positives, qui finissent bien, les meufs qui retrouvent leurs abdos en 3 semaines ou sont promues pendant leur congé mat, allez-y. Le reste, par pitié, gardez le pour Doctissimo !

« Comparé à ma pote Françoise… » Oui ben non on s’en fout en fait. Elle était sûrement plus zen, plus grosse, moins grande, plus détendue, championne de cross-fit. On lui souhaite une belle vie.

« C’est tes hormones » Peut-être, mais en attendant, ta gueule.

Voilà. Ca semble basique, mais je vous assure, pas pour tout le monde. Le pire c’est que la plupart du temps vous êtes gentils, vous dîtes ça pour meubler, pour faire semblant de vous intéresser. Et le pire aussi c’est qu’on adore qu’on s’intéresse à nous. Qu’on nous pose des questions, mais les bonnes ! Les gens qui font comme si il ne nous arrivait rien de spécial, c’est tout aussi bizarre (mais moins coupdeboulesque). Allez, sur ce, et d’autant plus en cette période de fêtes où vous risquez de croiser quelques ventres MAGNIFIQUES, bon courage !

4 Comments

  1. Hahaha!
    C’est tellement vrai!
    Par contre il manque pleins de choses à cet article :
    Tout les compliments (les vrais!) :  « tu rayonnes, comme ça te va bien! », « tu as l’air en pleine forme. ». «  Wahou tes cheveux »
    Les regards attendris: « félicitation », «  c’est votre premier? »  « c’est pour quand? », « garcon ou fille ? », « vous avez un prénom? »
    Les regards respectueux : « félicitation », « c’est une belle aventure ».
    Les regards compréhensifs: « pas trop fatiguée ? », « pas trop mal au dos? », « repose toi, prend soin de toi » « bouge pas, j’y vais » et toutes ces petites choses au quotidien qui te font sentir que tu es différente, spéciale, un peu magique.
    Attention ça ne dure pas ! Il ne reste qu’un mois ! Alors pense à tout le positif, pense que bientôt tu voudras déjà un deuxième !!!

    • Tu as bien raison, mais c’est toujours beaucoup moins rigolo de se moquer des gens sympas ! J’ai quand même une affection toute particulière pour le « bouge pas, j’y vais »… Il va me manquer celui la.

  2. HAHA! Bien dit!
    C’est comme pour la ménopause… « Tu as une petite bouffée de chaleur? » Question innocente et EXPLOSIVE entre toutes! « Dis donc tu as pris du poids cette année toi » Ouais merde… mon métabolisme se fout de ce que je lui demande et n’en fait qu’à sa tête de 50 ans!…
    Bon accouchement!!!
    Bisous et rions de tout ça… c’est au moins bon pour la santé et celle du bébé! hahaha!

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

*