N'importe Quoi pour des Gens Bien

DIY et tranches de vie

Range ta chambre

Je suis bordélique par nature. Pas une petite bordélique, non, une vraie bordélique au point qu’à 7 ans ma mère a mis tous mes jouets dans un sac poubelle dans la cave, et je ne m’en suis même pas rendu compte. A 15 ans j’ai accroché sur la porte de ma chambre une pancarte qui disait « Le désordre est le délice de l’imagination », histoire de préparer psychologiquement le visiteur. (j’aurais bien voulu mais ça n’est pas de moi, c’est Claudel)

IMG_20150412_184504~2

Je suis de ceux qui éprouvent un vrai plaisir à laisser leurs affaires en tas par terre quand ils vont se coucher. Vraiment, ça m’apporte une espèce de joie immédiate. Quand quelques jours plus tard je dois ranger, je me maudis bien sûr, mais sur le moment mon esprit court-termiste crie bien plus fort que tout le reste.

IMG_20150412_184605~2

Et pourtant, si partout on nous encourage à acheter plein de trucs pour que ça soit le bordel dans nos apparts parisiens, les magasins de déco, eux, tous consuméristes soient-ils, nous font baver devant des placards avec deux t-shirts et un bibelot. Franchement, quand je vais chez Muji j’ai envie de déposer un dossier de location tellement je suis sûre qu’on doit être super zen dans leurs salons beiges et vides.

Forte de cette contradiction, j’ai essayé de prendre les choses en main et de vivre, moi aussi, dans un oasis de simplicité et de placards vides. J’ai entendu parler d’un bouquin de Marie Kondo, que je me suis empressée d’acheter : The life-changing magic of tyding-up. Autant les mecs qui traduisent « the hangover » par « very bad trip » je me dis qu’ils feraient mieux de changer de métier, autant là, le mec qui a fait le titre j’ai envie de l’embaucher pour qu’il fasse mes PowerPoint à ma place.

IMG_20150412_184542~2

Il a fallu quelques pages pour que je réalise que j’étais en train de lire un bouquin sur le ménage. Quelques pages aussi pour me rendre compte que cette Marie Kondo était une grande tarée, qui, petite, passait ses mercredis après midi à ranger les placards de ses frères, plutôt que de jouer avec ses copines. Pour autant, son enseignement n’est pas inintéressant. Son conseil : conserver uniquement les objets qui nous procurent de la joie. Tout le reste peut partir à la poubelle et ne vous manquera jamais. Exit bien sûr les vêtements démodés, mais aussi la paperasse, les lettres d’amour, les pièces de rechange des appareils…
Si par mégarde vous balancez un truc utile, pas grave, il suffira d’en racheter. Au moins elle a résolu le paradoxe du consumérisme épuré : si tu achètes beaucoup, tu n’as qu’à jeter beaucoup (proverbe chinois).

Ce livre n’a pas changé ma vie, et n’a pas fait de mon appart un modèle pour Maisons & Jardins, mais m’a convaincue de l’inutilité d’entasser. Faire le test dans son placard à vêtements est probant : quand on a trop de fringues, on met toujours les mêmes trucs. Sur ce sujet vous pouvez aussi lire Gretchen Rubin, The Happiness Project, autre bouquin de self-help dans lequel je me suis perdue à une époque. Elle y dédie un chapitre, avec le mérite d’être un peu plus réaliste que Marie Kondo.

IMG_20150412_184706~2

Et vous, êtes-vous du genre collectionneur ou serial-jetteur ? Avez-vous des astuces pour assumer son bordel ?
PS : Oui, je me suis bien amusée à prendre des photos concepts de mon environnement réel !

3 Comments

  1. Et dire que je vis avec cette nana qui a longtemps voulu me faire croire que j’etais plus bordelique qu’elle!
    Tout son paradoxe, c’est qu’elle déteste empiler /posséder… (et qu’elle fait la gueule des que j’achète un truc), du coup elle a 5 fois moins de trucs dans l’appartement mais 5 fois plus de bordel… Cherchez l’erreur 🙂 .

  2. Jess

    12 avril 2015 at 20 h 45 min

    Ca, c’est sûr que ni l’un ni l’autre ne feront de toi une fée du logis. J’en suis désolée !

  3. Ce qui est chouette pour tes lecteurs tout aussi bordéliques, c’est que la lecture de ton article est aussi efficace que celle du bouquin de Marie Truc !

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

*